Tous vos sens en Ă©veil
> Information pat... > Que dit la loi... > A l'hôpital - l... > Caractéristiques du secret

Caractéristiques du secret

Par Luc Debert  - Dernière modification : 28/09/2009 8:33 am

(c) Docteur Daniel MAYEUX - Responsable du DĂ©partement d'Information MĂ©dicale

Le secret est général et absolu

Il couvre tout ce que le médecin ou le soignant a pu avoir à connaître au cours de son exercice professionnel : éléments à caractère médical et d’ordre privé.

Le secret englobe non seulement les confidences et l’état de santé du patient, mais également son nom : le médecin ne peut faire connaître à des tiers le nom des personnes qui ont eu, ou qui ont, recours à ses soins.

Article L1110-4 du Code de la santé publique

… « Excepté dans les cas de dérogation, expressément prévus par la loi, ce secret couvre l'ensemble des informations concernant la personne venues à la connaissance du professionnel de santé, de tout membre du personnel de ces établissements ou organismes et de toute autre personne en relation, de par ses activités, avec ces établissements ou organismes. Il s'impose à tout professionnel de santé, ainsi qu'à tous les professionnels intervenant dans le système de santé. » …

Article 4 (art. R.4127-4 du code de la santé publique) :

… « Le secret couvre tout ce qui est venu à la connaissance du médecin dans l'exercice de sa profession, c'est-à-dire non seulement ce qui lui a été confié, mais aussi ce qu'il a vu, entendu ou compris. »

Les personnes tenues au secret sont :

  • Les personnels mĂ©dicaux soignants :
    • mĂ©decins traitants, mais aussi Ă©tudiants en mĂ©decine en stage, externes, internes, et par extension , en milieu hospitalier, le « service »,
    • dentistes,
    • pharmaciens et prĂ©parateurs en pharmacie,
    • sages-femmes, et toutes les professions qui contribuent aux soins : auxiliaires mĂ©dicaux (infirmiers, masseurs-kinĂ©sithĂ©rapeutes, pĂ©dicures-podologues, orthoptistes, orthophonistes, audio-prothĂ©sistes…), mais aussi les psychologues, les diĂ©tĂ©ticiens et les assistantes sociales.
    • Ainsi que les techniciens (laborantins)des laboratoires d'analyses biomĂ©dicales) ;
  • Certains mĂ©decins, dans les limites de leur mission, peuvent connaitre l’état de santĂ© d’un patient, en dehors de toute prise en charge ou soins. Ce sont :
    • les mĂ©decins-conseils des Caisses d’Assurance Maladie,
    • les mĂ©decins du travail,
    • les mĂ©decins des Compagnies d'Assurances,
    • les mĂ©decins experts ;
    • Dans tous les cas, le secret doit ĂŞtre gardĂ© sur tout ce qui ne concerne pas directement l'objet de leur mission.
  • Le personnel non mĂ©dical
    • La secrĂ©taire du mĂ©decin, les personnels hospitaliers : ils peuvent avoir connaissance des dossiers des patients ou ĂŞtre prĂ©sents au moment des soins ;
    • Ils sont donc tenus au respect du secret.

Les informations concernées par le secret sont celles connus dans l'exercice de la profession :

  • faits confiĂ©s par le patient lui-mĂŞme ou appris par son entourage, non seulement le fait confiĂ©, mais aussi toute confidence mĂŞme si son caractère secret n'est pas prĂ©cisĂ© ;
  • informations dĂ©couvertes ou constatations effectuĂ©es au cours de soins et d'une manière gĂ©nĂ©rale donnĂ©es comprises ou dĂ©duites du fait de la maladie ;
  • donnĂ©es ou circonstances en rapport avec l'Ă©tat du malade, la nature de son affection (le diagnostic), les Ă©lĂ©ments du traitement : prescriptions qui le concernent, mĂ©dicaments, pronostics... ; tout ce qui touche Ă  la maladie ;
  • mais aussi tout Ă©lĂ©ment de la vie privĂ©e du patient (mĂ©sentente familiale, difficultĂ©s matĂ©rielles, pratique inhabituelle... ).

Il n’est pas opposable au patient

Le médecin n’est que le dépositaire des informations relatives à son patient et des confidences que celui-ci a pu lui faire.

Le patient est seul à pouvoir en disposer librement ; il ne peut délier le médecin du secret.

Le secret demeure après le décès du patient

Pour les soins délivrés à un mineur et hors le cadre des soins confidentiels

Le secret bénéficie aux détenteurs de l’autorité parentale et au mineur lui-même. De même, le secret n’est pas opposable au représentant légal d’un incapable majeur.

Retour haut de page

Les incontournables

Les outils de recherche

Médiathèque

Entrée par l'ECN 01